Nba Hall Of Fame

Toute l'actualitée de la NBA transferts, rumeurs, blessures mais aussi des LV
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Ligue Virtuelle Hall Of Fame : quelques équipes sont encore disponibles ; contacter Gino !
Venez élire l'admin du mois de Mars dans la partie "Récompenses" !
Tirage au sort pour les 8emes effectué

Partagez | 
 

 ces oubliés du 1er tour de draft [1990-1999]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titihenry13
Vainqueur de Slam Dunk Contest
Vainqueur de Slam Dunk Contest
avatar

Nombre de messages : 1743
Age : 28
Localisation : Limoges

MessageSujet: ces oubliés du 1er tour de draft [1990-1999]   Ven 13 Mar - 22:01

ces oubliés du 1er tour de draft [1990-1999]
1999

En 57ème position cette année-là, on trouve le triple champion NBA Manu Ginobili. Le Spur ne rejoindra le Texas que trois ans plus tard. Il est donc très probable qu’El Manu aurait été sélectionné plus haut s’il avait par exemple fait partie de la cuvée 2002 (merci au passage à mon indic’ sur ce coup, j’ai nommé FREEMAN). Une performance donne une idée du statut acquis par le joueur de San Antonio: lors de la saison 2006-07, il fut le seul à afficher une moyenne supérieure à 15 points en jouant moins de trente minutes par match. Sa faculté à transpercer les défenses et sa vision du jeu font aujourd’hui l’unanimité.

Au premier tour cette année-là, les flops se nomment Jonathan Bender (choix n°5), sorti tout droit de High School et transparent pendant sept saisons avec Indiana, et Trajan Langdon (n°11), l’arrière des Cavs. En 15ème position, drafté par les Knicks, se trouvait un joueur n’ayant jamais foulé les parquets NBA. Son nom: Frederic Weis... Pour la petite histoire, ce sont désormais les Rockets qui détiennent les droits sur le pivot français depuis l’été 2008, après un échange envoyant Patrick Ewing Jr. à New York.

1998

Deux membres actuels du roster d’Orlando ont été sélectionnés au deuxième tour en 1998. Il s’agit de Rashard Lewis (32ème choix), deux fois All-Star et 17 points de moyenne en carrière, et de Rafer Alston (n°39). Après s’être fait connaitre sur les playgrounds, "Skip to my lou" est désormais un véritable meneur NBA ayant gagné ses galons de titulaire à Toronto puis à Houston, avant d’être récemment transféré vers le Magic afin de palier à la blessure de Jameer Nelson. Enfin, en 41ème position apparaissait Cutino Mobley, auteur de saisons entre 15 et 22 points par match de 1999 à 2004.

Ces trois joueurs ont tous connu une carrière bien plus riche que le n°1 de la draft 98, Michael Olowokandi. Le pivot originaire du Nigeria n’est jamais devenu le joueur dominateur que beaucoup entrevoyaient à son arrivée dans la ligue. Derrière lui, deux autres déceptions garnissaient les rangs du top ten, Raef LaFrentz (n°3) et le très volumineux Robert Traylor (n°6).

1997

Choisi en 42ème position par les Suns, Stephen Jackson a effectué trois saisons en demi-teinte avant de faire valoir ses qualités en terme de scoring. Le Warrior affiche désormais une moyenne de 15 points en carrière. Il est actuellement le leader offensif de Golden State avec 21 unités par match. Des performances largement supérieures à celles réalisées au cours de leurs carrières par Keith Van Horn (n°2), prometteur à ses débuts avant de sombrer totalement, Tony Battie (n°5) ou encore Ron Mercer (n°6). Une autre déception apparait en 11ème position, sélectionné par les Kings de Sacramento: Tariq Abdul-Wahad.

1996

Aucun talent significatif n’a émergé parmi les joueurs draftés au second tour cette année-là. En revanche, au premier tour, des joueurs comme Lorenzen Wright, Kerry Kittles, Samaki walker, Erick Dampier, Todd Fuller et Vitaly Potapenko ont tous été sélectionnés avant Kobe Bryant, Predrag Stojakovic, Steve Nash, Jermaine O’Neal, Zydrunas Ilgauskas et Derek Fisher.

1995

Pas de gros talent passé entre les mailles des recruteurs sur ce millésime. On peut tout juste mentionner Eric Snow, choisi en 43ème position. Finaliste avec les Sixers en 2001, Snow affichait entre 6 et 7 assists par match entre 1998 et 2004. Cette année-là, le premier pick avait pour nom Joe Smith, une place jamais justifiée jusqu’ici par la dernière acquisition des Cavs.

1994

Le seul joueur à avoir eu un impact, certes éphémère, en NBA et drafté au second tour en 1994 n’est autre que Voshon Lenard (46ème choix par Milwaukee). C’est sous les couleurs du Heat que Lenard fera ensuite apprécier son adresse longue-distance, pour terminer avec une moyenne de 12 points une carrière stoppée par les blessures.

1993

En 1993, la NBA voit débarquer un ancien palois, joueur immense et à la carcasse atypique, Gheorghe Muresan. Le roumain, sélectionné en 30ème position, doit d’abord faire face à une acclimatation difficile avant d’enregistrer en 1995-96 une saison à près de 15 points et 10 rebonds sous le maillot de Washington. Cela lui permet de remporter le MIP Award récompensant le joueur ayant le plus progressé d’une saison sur l’autre. Le gentil géant n’a pas laissé de moins bons souvenirs que le n°2 de cette draft 1993, l’autre géant Shawn Bradley. Autant les progrès de Muresan constituaient à l’époque une surprise, autant Bradley a toujours été considéré comme une véritable déception malgré des stats honorables.

Choisi en 37ème position par les Lakers, Nick Van Exel a surpris dès sa première saison en NBA.A tel point que la direction du jeu des angelinos lui est rapidement confiée. Avec Eddie Jones et Cedric Ceballos, il assure la pérennité du showtime à Los Angeles. Joueur caractériel, spectaculaire, pouvant convertir comme manquer 10 shoots d’affilée en moins de 10 minutes, c’est incontestablement la bonne surprise de cette draft 1993. Van Exel deviendra par la suite le leader offensif des Nuggets de Denver avant d’enchainer les piges dans plusieurs clubs de la Western.

L’ancien Jazz Bryon Russell mérite également une mention dans cette liste. Modeste attaquant, le 45ème choix de cette année 1993 est resté pendant plusieurs saisons le chien de garde attitré des meilleurs scoreurs adverses sous le maillot d’Utah. Bien malgré lui, il a été immortalisé par Jordan, mystifié par une feinte (ou une faute?...) du n°23 avant le tir victorieux scellant le sort du Jazz en 1998.

1992

A l’été 1992, les big men ont la cote. Shaq et Zo occupent les deux premières places de la draft, suivis par un Christian Laettner au potentiel énorme mais au comportement navrant tout au long de sa carrière. C’est du côté du New Jersey qu’il faut chercher le bon coup du deuxième tour, avec la sélection en 29ème position de PJ Brown. Bon rebondeur, Brown représente le coéquipier modèle par excellence, assigné aux sombres besognes. Il l’a d’ailleurs prouvé lors des dernières finales NBA en prenant une place prépondérante lors de la conquête du titre par les Celtics. Sa carrière est jalonnée de trois apparitions dans le deuxième cinq défensif de la NBA.

1991

Les trois premiers picks de ce millésime n’ont pas eu les carrières escomptées, souvent pour cause de blessures. Larry Johnson, Kenny Anderson et Billy Owens n’ont pas vraiment marqué leur époque. Loin dans cette draft, à la 45ème place exactement, les Bucks avaient choisi Bobby Phills. Avant de disparaitre dans un accident de la route, l’ailier des Cavs et des Hornets s’était forgé une réputation de solide défenseur capable également de belles séries "from downtown".

1990

Trois joueurs d’impact se trouvent au deuxième tour cette année-là. Triple champion NBA avec les Bulls, ce n’est plus la peine de présenter le croate Toni Kukoc, sixième homme de luxe et parfait complément du duo Jordan-Pippen. Avec le 45ème choix, les Pacers avaient eu la bonne idée d’enrôler Antonio Davis, qui allait former avec son homonyme Dale et le hollandais volant Rik Smits un sacré trio d’intérieurs avant de poursuivre sa carrière chez les Raptors. La draft 1990 a également vu débarquer celui qui allait devenir célèbre pour son dunk réalisé les yeux totalement bandés (ou presque...), à savoir Cedric Ceballos. A Phoenix, Los Angeles et Dallas, Ceballos a inscrit entre 15 et 22 points par match pendant six de ses dix saisons passées en NBA, avec une pointe à 50 unités en 1994...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ces oubliés du 1er tour de draft [1990-1999]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Historique Honda Africa Twin, part. 2 : Plus qu'une carrière, une légende !
» La draft - Meilleurs choix / pires choix par tour
» 1e Tour Draft 2001
» Euregio Tour
» Tour d'Emilie (1.1) le 9 octobre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nba Hall Of Fame :: LE MONDE DE LA NBA :: NEWS NBA-
Sauter vers: