Nba Hall Of Fame

Toute l'actualitée de la NBA transferts, rumeurs, blessures mais aussi des LV
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Ligue Virtuelle Hall Of Fame : quelques équipes sont encore disponibles ; contacter Gino !
Venez élire l'admin du mois de Mars dans la partie "Récompenses" !
Tirage au sort pour les 8emes effectué
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Historique de la franchise

Aller en bas 
AuteurMessage
Gade
Vainqueur du Shooting Contest
Vainqueur du Shooting Contest
avatar

Nombre de messages : 2331
Age : 39
Localisation : Bergerac (24)

MessageSujet: Historique de la franchise   Mar 7 Aoû - 20:22

La naissance d'une nouvelle franchise (1988-1995)
Le Miami Heat réalise sa première saison en NBA en 1988-89, avec le programme d’expansion de la ligue qui les introduit en même temps que les Charlotte Hornets, soit un an avant le Orlando Magic et les Minnesota Timberwolves. La franchise est dirigée par Zev Buffman et Billy Cunningham qui a déjà mené les Philadelphia Sixers au titre NBA en 1983, après une fabuleuse carrière en tant que joueur. L’expansion draft n’est pas fameuse pour le Heat qui récupère néanmoins Billy Thompson et Rory Sparrow. C’est dans la draft que l’équipe va faire de meilleures acquisitions : le pivot libanais Rony Seikaly, Kevin Edwards et l’ailier fort Grant Long, sélectionné au deuxième tour, qui sera l’un des joueurs les plus productifs de l’histoire de la franchise.
Les débuts sont catastrophiques! En effet, le Heat bat un record NBA dès les premiers mois de son existence en commençant la saison avec 17 défaites d’affilée. Finalement, le 14 décembre, l’équipe vient à bout des Los Angeles Clippers, sur le score de 89 à 88 pour remporter la première victoire de son histoire.La première saison s’achève finalement sur le bilan de 15 victoires pour 67 défaites ; résultat normal pour une franchise tout juste créée. Avec 12 points et 7 rebonds, Grant Long est le meilleur joueur de l’équipe en plus d’être une très bonne surprise.
glen rice
Avec le quatrième choix de la draft 1989 Miami sélectionne l’ailier shooteur Glen Rice, qui sera l’un des meilleur marqueur de la franchise. Rony Seikaly s’améliore et est honoré du titre du joueur ayant le plus progressé à la fin de la saison. Sherman Douglas, bien qu’issu du second tour de la draft, est nommé dans la All Rookie first team, l'équipe type des débutants. Malgré une saison décevante (seulement 18 victoires), l’équipe dirigeante de Miami semble avoir du nez pour sélectionner des bons joueurs à la draft, et continue sa progression en 1990-91 avec 24 victoires pour 58 défaites.
Durant la saison 1991-92 Kevin Loughery, qui a près de 20 ans d’expérience en coaching, est nommé entraîneur. L’arrière Steve Smith est drafté et forme l’un des plus grands duos (en taille !) d’arrières de la ligue avec Brian Shaw, échangé durant l’intersaison contre Sherman Douglas. Avec 14 victoires supplémentaires par rapport à la saison précédente, le Heat est la première des quatre nouvelles franchises de la fin des années 1980 à se qualifier pour les playoffs. Inexpérimentée, l'équipe est battue sèchement en trois matchs par les Chicago Bulls de Michael Jordan, futurs champions NBA.
En 1992-93, pour la première fois en cinq ans d’existence, la franchise n’améliore pas son bilan à la fin de la saison (36 victoires pour 46 défaites). L’équipe est handicapée par les blessures de Steve Smith et de Willie Burton. Néanmoins, Rony Seikaly (34 rebonds sur un match, record de la saison), Brian Shaw et Glen Rice (45 points sur un match), font de belles prestations individuelles.
En 1993-94 l’équipe franchit pour la première fois la barre des 50 %, avec 42 victoires et gagne le premier match de playoffs de son histoire face aux Atlanta Hawks avant d'être éliminée en 4 manches. À la fin de la saison, Steve Smith est sélectionné pour faire partie de la Dream Team II en route pour les championnats du Monde.
steve smith
L’équipe dirigeante effectue de nombreux changements en 1994-95 : Rony Seikaly est échangé contre Billy Owens tandis que Steve Smith et Grant Long partent à Atlanta en échange de Kevin Willis. Kevin Loughery est remplacé par Alvin Gentry mais l’alchimie ne se fait pas et l’équipe ne remporte que 32 rencontres sur la saison.

L'ère Riley (1995-2003)
Durant l’intersaison 1995 le Heat débauche Pat Riley des New York Knicks, qui dans sa carrière d’entraîneur longue de 13 ans n’a jamais manqué les playoffs, et a remporté plusieurs titres à l’époque Showtime des Los Angeles Lakers. Il reconstruit l’équipe en s’appuyant sur un pivot de grande qualité, comme il a pu le faire avec les Lakers (Kareem Abdul-Jabbar) et les Knicks (Patrick Ewing). Pour cela, il acquiert Alonzo Mourning en échange de Glen Rice, ainsi que Tim Hardaway, Chris Gatling et Walt Williams juste avant la date limite des transferts. À la fin de la saison, seul Keith Askins était présent sur l’effectif de Miami à l'automne précédent. En dépit des changements, Pat Riley égalise le record du club avec 42 victoires pour 40 défaites.
Le Heat est l’équipe surprise en 1996-97 avec 61 victoires à la fin de la saison. Le duo Hardaway-Mourning marche à la perfection, bien secondé par les arrières Dan Majerle et Voshon Lenard, ainsi que le pivot remplaçant Isaac Austin qui compense parfaitement les absences sur blessure de Mourning. À la fin de la saison, Austin est nommé joueur ayant le plus progressé de la saison. Miami rencontre au second tour des playoffs les Knicks de New York. Alors qu’ils sont menés 3 victoires à 1, une bagarre éclate lors du cinquième match, menant quatre joueurs des Knicks à la suspension. Face à une équipe de New York démunie, le Heat reprend le dessus et remporte finalement la série en sept matchs, pour atteindre pour la première fois de son histoire les finales de Conférence. Le rêve s'achève quand Miami est sèchement battu en 5 manches par Jordan et les Bulls.
alonzo mourning
Beaucoup d’espoirs sont placés dans la franchise pour l’anniversaire de ses 10 ans. L’équipe ne déçoit pas et engrange 55 victoires, alors qu'Alonzo Mourning est blessé pour les 22 premiers matchs de la saison et Jamal Mashburn indisponible pendant 2 mois. Le Heat rencontre de nouveau les Knicks en playoffs et deviennent alors les deux grandes équipes rivales de la Conférence Est. Après une série très disputée Miami est éliminé dans le cinquième et dernier match, sans Alonzo Mourning, suspendu après une altercation avec Larry Johnson, son ancien coéquipier aux Hornets, dans le match précédent.
En 1998-99 l’équipe enregistre 33 victoires pour 17 défaites (la saison est raccourcie à 50 matchs à cause de la grève des joueurs), meilleur bilan de la Conférence Est. Pour la troisième année consécutive, le Heat rencontre les Knicks et se fait éliminer dans le cinquième et dernier match de la série, sur un shoot assassin d’Allan Houston qui donne la victoire à son équipe à 0,8 secondes de la fin. Pour la seconde fois de l’histoire de la NBA l’équipe classée huitième en playoffs bat l’équipe classée première. Forts de ce succès, les Knicks iront jusqu’aux finales NBA.
Pour la saison 1999-2000, l’équipe quitte le stade du Miami Arena pour l’American Airlines Arena. Le Heat gagne 52 victoires et rencontre pour la quatrième fois les Knicks en playoffs et pour la quatrième fois la série ira jusqu’au match décisif. Une fois de plus, Miami perd le dernier match d’un point. La saison suivante est similaire, avec plus de 50 victoires et une élimination au premier tour des playoffs, cette fois-ci contre les Hornets.
La franchise se sépare du vieillissant Tim Hardaway en 2001, mais embauche des joueurs expérimentés pour entourer Eddie Jones et Brian Grant. Malgré le retour d’Alonzo Mourning, rétabli d'une longue maladie, l’équipe ne gagne que 36 victoires et ne se qualifie pas pour les playoffs pour la première fois en 7 ans. C'est également le premier échec de ce genre dans la carrière d’entraîneur de Pat Riley.
En 2002-03, le Heat sélectionne Caron Butler au dixième rang de la draft . Ce dernier réalise une excellente saison à plus de 15 points de moyenne et est nommé dans la All Rookie first team. Cependant, sans Alonzo Mourning à nouveau éloigné des terrains pour un problème aux reins, l’équipe s’effondre et ne gagne que 25 matchs.

La reconstruction autour du duo Dwyane Wade-Shaquille O'Neal (Depuis 2003)
shaq o'neal et son protégé: dwayne wade
Pour la draft 2003, le Heat choisit Dwyane Wade et signe Lamar Odom, l’ailier polyvant des Los Angeles Clippers. Pat Riley quitte son poste d’entraîneur et est remplacé par Stan Van Gundy, le frère de Jeff qui a remplacé Pat Riley à l’époque où ce dernier a quitté les Knicks pour le Heat. Avec l’apport de ces deux nouveaux joueurs le Heat retrouve le chemin du succès avec 42 victoires pour 40 défaites. D'abord surprenant et convaiquant lors du premier tour des playoffs (Victoire face aux Hornets), le Heat paye de son inexpérience et perd 4-2 face à Indiana.
Durant l’intersaison 2004, le Heat créé la surprise en échangeant Lamar Odom, Caron Butler et Brian Grant contre Shaquille O'Neal. L'échange s'avère néanmoins payant car l'arrivée de O'Neal associée à l'éclosion de Dwyane Wade (meilleur marqueur du club) permet au Heat de remporter 17 matchs supplémentaires et de se retrouver champion de la Conférence Est avec 59 victoires pour 23 défaites. En milieu de saison, Alonzo Mourning est revenu au club après un passage par les Nets. Affaibli par sa transplantation rénale, il devient la doublure de luxe de Shaquille O'Neal au poste de pivot.Après avoir franchi sans encombres les deux premiers tours des playoffs, le Heat chute finalement en finale de Conférence face aux Detroit Pistons, champions en titre, lors de la septième manche.
Durant l'intersaison, Pat Riley prend le risque de changer quelques pièces majeurs de son effectif. Dans un échange incluant cinq club et 13 joueurs, le Heat se sépare d'Eddie Jones et de Rasual Butler pour acquérir Jason Williams, James Posey et Antoine Walker. Un peu plus tard, le vétéran Gary Payton est signé comme agent libre. Après un début de saison moyen, Stan Van Gundy quitte son poste d'entraîneur pour raisons personnelles. Pat Riley donne raison aux rumeurs incessantes et reprend finalement son poste d'entraîneur. Son retour coïncide avec l'embellie des résultats de l'équipe qui aligne 3 mois impressionnants. Malgré un mois d'avril plus que passable, le Heat termine en 2e position à l'Est avec 52 victoires pour 30 défaites et accède facilement aux play-offs. Après un premier tour victorieux bouclé en 6 matches face aux Bulls, les Heat font face aux Nets qu'ils battent séchement 4-1. Ils se retrouvent en finale de conférence face aux Pistons pour une revanche. Les Pistons, loin d'évoluer à leur meilleur niveau, se font battre 4-2 par des Heat qui atteignent pour la première fois les finales NBA.
En finale, face à des Dallas Mavericks qui bénéficient de l'avantage du terrain, le Heat se retrouve rapidement menée 2-0, une situation délicate qu'aucune équipe n'a pu inverser depuis Portland en 1977. À domicile, Miami retrouve son basket et, portée par un grand Dwayne Wade (MVP de cette finale avec 34,7 points de moyenne), remporte "ses 3 matchs" avant le retour au Texas. Un dernier match suffit au Heat pour rentrer dans l'histoire de la NBA et remporter son premier Championnat NBA quatre victoires à deux.
D'orénavant auréaulé d'un titre NBA, le Heat doit désormais faire valoir son statut de favoris (en compagnie des Spurs, des Mavs, des Suns et des Pistons) pour la saison 2006/2007. Durant l'intersaison, aucun changement notoire ne vient troubler l'effectif des champions en titre. Zo rempile, Wayne Simien et Dorell Wright sont prolonger. Les premiers mois de la saison régulière sont difficiles, le Heat, privé de nombreux cadres tels que Shaquille O'Neal, végete en milieu de classement, de la pourtant faiblarde, Southeast Division. Pour rien arranger, Walker et Posey sont écartés de l'effectif pour manque d'implication et surcharge pondéral. Un handicap que le Heat et Pat Riley se seraient bien passée. Les mois de février et mars sont bien plus encourageants.
dwayne wade
Au All-Star Game de Las Vegas, Jason Kapono et D-Wade remporte chacun un trophée, preuve que le Heat n'est pas tout à fait mort! Une victoire face aux Pistons, la chute des Wizards d'Arenas, et 9 victoires consécutives replace, à la fin de la saison régulière, Miami en 4ème position de la Conférence Est.
Playoffs 2007, tout bascule, Miami avec un D-Wade diminué, craque et se fait sweepé 4-0 face aux Bulls New Era. Riley ne digère pas et s'offre un été de reflexion pour savoir si oui ou non, il sera encore le coach du Heat l'an prochain. Au niveau de l'effectif, si Zo a rempilé (encore), il est plus improbable de revoir des garçons comme Payton et Walker avec l'uniforme floridien. Solution pour que le Heat redevienne l'an prochain les meilleurs à l'Est : faire venir des jeunes pouces et tout reprendre à zéro autour du trio Shaq-Zo-Wade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eklectik-musik.forumotion.com
Jordan 23
Admin du Mois
Admin du Mois
avatar

Nombre de messages : 10728
Age : 29
Localisation : U.S
Emploi/loisirs : Basket, Jeux Video, Boite et *****
Humeur : Heureux

MessageSujet: Re: Historique de la franchise   Ven 26 Oct - 19:51

Une belle époque aussi Hardaway !!!!! quelle joueur je me régalé de le voir joué des duels Heat Knicks
( match qui m'avais marqué dunk rageur de Zo sur Ewing et cross de Tim !!!! énorme et des shoots a plus de 1 m de la ligne)

_________________
http://nba-hall-of-fame.skyrock.com/




GM Rockets Bilan 26-23
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nba-hall-of-fame.forum-actif.net
 
Historique de la franchise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Transbord) Historique des transports Urbains…
» Logo des FAR + Historique
» Evénement Historique N°14 - Saison V
» Evénement Historique n°27 - Saison IV
» Evénement Historique n°30 - Saison IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nba Hall Of Fame :: LE MONDE DE LA NBA :: CONFERENCE EST :: Miami Heat-
Sauter vers: